Et après...
de Guillaume Musso

23 mai 2011


Poche : 528 pages
Éditeur : Pochet
Année de sortie : 2004
Ou trouver l'auteur : Site - Facebook -Twitter

Nathan Del Amico, brillant avocat new-yorkais, découvre l’étrange pouvoir de Garrett Goodrich. Qui est ce Garrett Goodrich ? Un cancérologue, directeur d’un important centre de soins palliatifs. Il n’a rien d’un illuminé et pourtant il se dit capable de prévoir la mort. Il prétend avoir une “ mission ” : accompagner ceux qui vont mourir jusqu’aux frontières de l’Autre Monde pour qu’ils quittent la vie en paix. Très ébranlé, Nathan comprend que Garrett est entré en contact avec lui pour le préparer à mourir. Mais il est bien incapable d’imaginer ce que la rencontre avec cet homme va déclencher dans sa vie. 



J’avoue... J’ai eu énormément de mal à refermer ce livre. Je n’avais absolument aucune envie d’abandonner les personnages auxquels je m’étais attaché tout au long de ma lecture. Celle-ci a été si agréable, tellement magnifique. Je n’avais pas ressenti cela pour un livre depuis très longtemps. Guillaume Musso est et restera une magnifique découverte, je comprends dorénavant toutes les critiques positifs à son encontre.

Je me suis senti parfois proche de Nathan, le héros. Pourtant, il faut bien le reconnaître, nous n’avons absolument rien en commun. Seulement le personnage a tellement été développé qu'on ne pouvait ne pas s’y attacher et se sentir proche de lui. D’un personnage froid et dur au départ, il change au fil de l’histoire jusqu’à devenir quelqu’un osant montrer ses faiblesses, sa peine et n’hésitant pas à se sacrifier pour ceux qu’il aime.

Concernant la partie fantastique, je ne saurais réellement dire si au final, j’ai préféré le fait qu’elle soit mise au second plan. L’histoire des messagers sert, en effet, de prétexte au développement de notre narrateur. Parfois, je trouvais ça dommage, mais pourtant, avec le recul, je me rends compte que c’était certainement la meilleure chose à faire. Les messagers n’étaient pas le thème principal de l’histoire, le vrai thème était Nathan.

J’ai eu beaucoup de mal à supporter le docteur Goodrich au début de l'histoire, sa façon de garder le fameux secret, de dire à Nathan que le minimum me donner parfois l'envie de le secouer violemment. Pourtant, lui aussi fini par s’humaniser au fil de l'histoire et on parvient finalement à s’attacher à lui.

Ce qui fait de ce roman une réussite, c’est l’histoire en elle-même, mais également sa chute. Difficile de faire une critique sans spoilers, pourtant, c’est nécessaire. Un seul conseil que je vous donne : si vous n’avez pas encore eu l’occasion de le lire, je vous y encourage sans tarder. Peut-être aurez-vous le même coup de cœur que moi à la lecture de celui-ci. En tout cas, c’est tout ce que je vous souhaite…

5 commentaires

  1. C'était le premier Musso que je lisais (il y a longtemps) et j'avais bien aimé. Mais quand j'avais lu la suite, j'avais pratiquement tout oublié de l'histoire (même du nom des protagonistes !)...

    RépondreSupprimer
  2. Il y a une suite à ce roman?! O_o
    Il s'agit de quel titre?
    Je serais vraiment curieux de le lire!
    Un immense merci de ton passage, cela me fait vraiment plaisir.
    Benjamin...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai tellement tout oublié que j'ai confondu avec le Levy, Et si c'était vrai ? et sa suite, Vous revoir ! :) Mais ce Musso-là reste bien le premier que j'ai lu. C'était effectivement pas mal et j'ai effectivement pratiquement tout oublié de l'histoire !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai déjà par deux fois essayé de me lancer dans la lecture d'un Levy, je risque de me faire des ennemis mais j'ai énormément de mal avec son style d'écriture, finalement par deux fois j'ai abandonné le livre. Je me suis quasiment ennuyé en lisant une bonne moitié de "Et si c'était vrai ?"

    RépondreSupprimer
  5. Il me semblait que "Sauve-moi" était une sorte de suite de "Et après", mais je me trompe peut-être ! ^^

    RépondreSupprimer