Dôme, tome 2
de Stephen King

9 juillet 2011

Broché : 576 pages
Éditeur : Albin Michel
Année de sortie : 2011
Ou trouver l'auteur : Site - Facebook -Twitter

Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort. A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Big Jim, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale, vétéran de l’Irak...


Retour à Chester Mill après une petite pause de quelques livres. Je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à reprendre le fil de l’histoire, des personnages, mais en une dizaine de pages, je n’ai plus ressenti cette gêne.

Le rythme s’accélère pour ce second opus, la pression se fait encore plus ressentir. La situation dégénère entre vague de meurtres et suicides. La dictature de Rennie est encore plus poussée.

Toujours cette sensation de malaise, d’oppression en lisant ce roman. Par moment, j’avais vraiment la désagréable sensation d’être moi aussi prisonnier de ce fameux Dôme.

King, de part ce livre, cette histoire, nous fait passer un message. Il nous prouve une fois de plus que la nature humaine n’est pas glorieuse. Cet auteur a toujours très bien réussi à retranscrire à la perfection le monde tel qu’il est. De plus, il décide également d'aborder l'écologie d'une manière fort intéressante. Il y a pleins de métaphores, surtout dans cet opus ou Chester Mill commence à subir un effet de pollution. Je ne vous en dirais pas plus, car je ne désire pas vous spoilers, mais sachez que l’auteur parle de plusieurs sujets qui nous concerne véritablement (surtout en ce moment).

Dans ce tome on s’attache encore plus à certains personnages, je pense surtout au petit Ollie. Il m’aura bouleversé jusqu’à la fin. J’ai adoré ses passages avec le militaire (permettant au passage de rendre les militaires un peu plus humains par rapport au premier opus).

Certains ne survivront malheureusement pas, quelques personnages que j’adorais n’auront pas la chance de s’en sortir. Plus d’une fois, je me suis surpris à serrer très fort mon livre en le lisant.

Je dois avouer que la dernière partie du roman m’a mise très mal à l’aise. L’oppression et surtout l’impression d’étouffer n’a fait que de se renforcer. Et puis finalement nous avons la réponse à la grande question, celle concernant le dôme. J’avoue que sur le moment, j’ai été un peu déçu, mais je me suis très vite rendu compte qu’en fait, cela entré parfaitement dans le thème central du roman...

Ma grosse déception viendra de la punition des méchants, je m’attendais à quelque-chose de beaucoup plus horrible, mais ça n'a pas été le cas. Je trouve, en effet, que ce qui leur arrive était beaucoup trop doux, trop simple...

Finalement, ce roman restera celui qui m'aura réconcilier avec Stephen King. J’espère d'ailleurs que son prochain livre, sa prochaine histoire sera à la hauteur de celle-ci.

1 commentaire

  1. Ce livre est tout simplement une tuerie, Stephen King est un Dieu lol (pourtant je n'avais pas du tout aimé Simetierre du même auteur qui pourtant a fait l'unanimité !)

    Ta chronique vidéo est très bien, j'ai eu beaucoup de plaisir à la regarder :)

    Comme toi j'ai été un peu déçue par le fait que le tome soit scindé en deux parties. Mais en même temps ils sont tellement épais que ça peut se comprendre.
    Donc au total oui c'est un coût conséquent, mais il vaut vraiment ses 44 euros (heureusement).

    Ma chronique est sur mon blog (une pour chaque tome parce que c'était un partenariat).

    A bientôt !

    RépondreSupprimer