C'est toi le chat
de Laura Trompette

26 juin 2018
Éditeur : Pygmalion
Broché : 370 pages
Sortie : 27 Septembre 2017 - Prix : 14€90
Où trouver  Laura Trompette : Twitter / Facebook / Blog

« Les chats, c’est comme le papier, ça se froisse très vite. » - Guy de Maupassant

Un chat abandonné.
Un chef cuisinier veuf et père.
Une enfant singulière.
Une femme sous emprise.
Lorsque quatre vies tourmentées entrent en collision, n’est-ce pas un signe du destin ? À six mains et huit pattes, seront-ils plus forts ?
Chahutés mais jamais vaincus, nos héros prouvent que rien n’est immuable tant que l’on est vivant.



J’entends souvent parler de Laura Trompette sur la blogosphère et cela fait un petit moment déjà que j’ai très envie de découvrir l’un de ses romans. En me rendant au salon « Envie de livres », je savais qu’elle y serait présente. S’il y a une chose que je peux vous dire, c’est que ce fut une très jolie rencontre et avec Fanny, on peut clairement dire que l’on a passé un excellent moment en sa compagnie. Bien évidemment, comme vous pouvez vous en douter, je suis reparti du salon avec l’un de ses romans sous le bras.

J’avais déjà repéré, « C’est toi le chat » l’année dernière quand il était sorti avec le programme TV Télé Star. Malheureusement, à cette époque, je n’avais jamais réussi à mettre la main dessus. J’ai gardé ce titre dans un coin de ma tête en me disant que je le lirai un jour. J’ai donc été enchanté d’apprendre qu’il était ressorti chez Pygmalion. En me rendant sur le stand de l’autrice, je savais donc que je craquerais pour ce roman.

Quand Laura nous a parlé, à Fanny et à moi, de ce titre, j’ai encore plus ressenti l’envie de le découvrir. Avouez qu’avoir un chat pour narrateur est une chose originale, non ? Elle nous avait bien expliqué le tempérament de ce chat et je sentais que ça pourrait très vite virer dans de l’humour noir et c’est ce qui me plaisait. Une fois à la maison, je ne me voyais pas le laisser longtemps traîner dans ma PAL et j’ai donc décidé de l’intégrer dans ma PAL saisonnière.

Quand je l’en ai sorti, j’étais dans une phase où je n’arrivais plus à trouver LE livre addictif et passionnant à lire. J’ai eu de bonnes lectures depuis le début de l’année, mais très peu ont réussi à me prendre aux tripes, à me rendre complètement accro. J’aime quand un bouquin arrive à me bousculer, à me faire penser à lui quand je ne lis pas. J’aime quand une lecture devient obsessionnelle. En commençant, « C’est toi le chat », je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse parti de cette catégorie et pourtant...

Dans ce roman, nous allons être au coté de deux narrateurs. Le premier n’est nul autre que « le poilu ». Un chat très sarcastique et bourré d’humour noir. Quand on le rencontre la première fois, il vient d’être abandonné par sa maîtresse. Je ne vous cache pas que cette situation m’a fortement fait réagir ! Heureusement, cette boule de poil ne se laisse pas abattre et il finit par rencontrer (après de nombreux rebondissement) Paul. Paul est notre deuxième narrateur. Veuf depuis 3 ans avec une petite fille à sa charge, il essaye de survivre à la disparition soudaine de sa femme. Papa à plein temps et propriétaire d’un restaurant qui marche plutôt bien, il refuse l’idée de s’ouvrir de nouveau un jour à l’amour. S’il décide d’adopter « le poilu », c’est pour venir en aide à sa fille qui semble se refermer de plus en plus.

C’est sur ce point de départ que débute cette magnifique histoire, marqué par une bonne dose de sarcasmes de la part de notre bête à poil. Très vite, il finit d’ailleurs par creuser son trou chez Paul. Ayant les enfants en horreur, il va pourtant finir par s’attacher à la petite Louise.

Et justement, le point fort de cette lecture à mes yeux, c’est l’amour qu’on fini par ressentir pour chacun des personnages que l’on rencontre dans ce roman. Même un personnage secondaire comme Maud, ont fini par se prendre d’affection pour elle alors qu’elle n’est présente que très peu de temps (d’ailleurs, j’espère sincèrement que Laura lui consacrera un roman bien à elle, car je pense qu’elle a beaucoup de choses à nous raconter).

Pendant ma lecture, j’ai n’ai eu de cesse de rire, mais également d’éprouver des émotions face aux situations que nos protagonistes avaient à traverser. Avec une écriture légère et bourrée d’humour, l’autrice arrive à nous imposer des thématiques fortes comme le deuil, le harcèlement, l’abandon, la reconstruction… sans virer une seule fois dans la surenchère. Même si la forme s’avère légère, j’ai trouvé le fond vraiment fort et touchant.

Même quand je ne lisais pas, je n’arrêtais pas de penser à ces personnages. Ils ont réussi à me toucher et à m’émouvoir bien plus que je le pensais. J’ai vraiment passé un magnifique moment à leur côté et je n’avais clairement pas envie que cela se termine. Une fois la dernière page du livre tourné, j’étais content, mais également triste à la fois. Je sais que la boucle est bouclée, mais j’aimerais tellement avoir l’opportunité de les recroiser un jour (pourquoi pas dans le roman consacré à Maud).

Pour ma première rencontre avec Laura Trompette, on peut dire que j’ai passé un sublime moment. Ça ne fait clairement aucun doute que je lirais avec très grand plaisir ses autres titres. Je ne vous le cache pas, c’est une autrice que je compte suivre de très près dans les mois à venir…

Aucun commentaire